Les Services vivent la plus grave crise de leur histoire

Près d’un an après le début de la crise du Covid-19, la dernière publication de l’INSEE sur l’emploi salarié privé confirme que les Services ont été les plus brutalement affectés par les crises sanitaire et économique 1 295 000 des 320 000 emplois privés détruits en France en 2020 l’ont été dans les Services, soit près de 92 % de l’ensemble des emplois privés supprimés.

Retour de la taxation des contrats courts : un mauvais signal envoyé aux entreprises de services

La décision du gouvernement de relancer le dispositif dit de « bonus-malus » sur la cotisation d’assurance-chômage est un mauvais signal envoyé à des entreprises de services déjà très fortement fragilisées par la crise, alors que le niveau d’activité des prochains mois inquiète fortement les chefs d’entreprises. En maintenant un dispositif qui alourdit le coût du travail et pénalise particulièrement les entreprises de services intensives en main d’œuvre, l’exécutif va à l’encontre de son ambition de faire de l’emploi la priorité de son action.

Face à une crise inédite, les services alertent le gouvernement

Face à une crise inédite, les services alertent le gouvernement. Priorité aux reconversions, à la formation et à la numérisation.

Sans contester le bien-fondé de la décision du gouvernement en matière sanitaire, le GPS se déclare aujourd’hui très préoccupé par la situation économique des entreprises de la plupart des secteurs d’activité qu’il représente.

Le GPS partage l’inquiétude des hôteliers-restaurateurs et de l’événementiel face aux mesures gouvernementales limitant leur activité

Le Groupement des Professions de Services est aujourd’hui très préoccupé par la situation économique des entreprises et des secteurs d’activité qu’il représente. Il alerte les pouvoirs publics sur les conséquences des mesures annoncées par le Ministre de la santé sur des pans entiers de l’économie de services dans notre pays. Et bien sûr, au premier rang de ceux-ci, sur l’hôtellerie-restauration, l’évènementiel, le monde du tourisme et de la culture – sans oublier les entreprises de secteurs connexes qui vont continuer à souffrir.

La pandémie devrait doper le commerce mondial des services

Une étude publiée récemment par Oxford Economics et Western Union anticipe une accélération du commerce mondial des services à la suite de la pandémie du Covid-19. D’ici à 2025, le total des échanges de services au niveau mondial devrait augmenter plus rapidement que dans les autres secteurs, et ainsi atteindre 8 000 milliards de dollars, soit une hausse de près de 30 % en seulement 5 ans.

Damien Verdier sur BFM Business

Hedwige Chevrillon recevait le président du GPS, Damien Verdier, dans son émission l’Heure H, le 7 juillet.

Au lendemain du remaniement ministériel, l’occasion était donnée au GPS de rappeler la place centrale des services dans notre modèle économique et social, et regretter l’absence d’interlocuteur clairement identifié au sein du nouveau gouvernement. Tout en affirmant l’importance d’une industrie française forte, Damien Verdier a rappelé l’impérieuse nécessité, pour le gouvernement, de se préoccuper de l’économie de services qui constitue un levier de croissance et de création d’emplois majeur pour les années à venir, en France et dans le monde.

Une nouvelle fois, les services sont les grands oubliés de la distribution des rôles gouvernementaux

Faute d’interlocuteur des services au sein de la nouvelle équipe gouvernementale, le Groupement des Professions de Services demande au Premier Ministre de réunir au plus vite une conférence nationale sur le thème de la valorisation des services, seule solution pour permettre à nos entreprises de redémarrer et d’apporter à nos salariés la reconnaissance qu’ils attendent.